Forum PARSEC
N'hésitez pas à vous inscrire afin de participer aux forums, c'est plus convivial et c'est évidemment gratuit.
Forum PARSEC

Philosophie, Astronomie, Rationalisme, Science, Esprit Critique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [DOSSIER] L'esprit critique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pulstars
Univers
Univers
avatar

Masculin Nombre de messages : 2405
Age : 97
Loisirs : Sciences, épistémologie, esprit critique
Date d'inscription : 27/10/2004

MessageSujet: [DOSSIER] L'esprit critique   Ven 5 Juin 2009 - 21:08


L'esprit critique


On peut être très instruit mais être totalement dénué d'esprit critique...

La méthode scientifique et l'esprit critique sont basées sur le raisonnement et la vérification des faits. C'est une contribution à la formation d'une capacité d'appropriation critique du savoir humain. L'esprit critique encourage à découvrir par soi-même, avec ordre et méthode, afin de se constituer un véritable savoir.

Nous vivons dans une culture qui a toujours été sous l'influence des croyances irrationnelles. On ne peut guère rester indifférent quand ces croyances s'autoproclament scientifiques de façon injustifiée. Les croyances ont le droit d'exister autant que la science, mais il faut faire une nette distinction entre ces domaines qui n'ont en commun que l'apparence.

Il a toujours été très tentant d'expliquer les mystères de la nature, et lorsqu'on dispose de peu de connaissances objectives, on a tendance à formuler des explications toutes faites afin de combler la vacuité sans se demander si ce que l'on conçoit est pertinent par rapport à la réalité objective. Lorsque nous n'avons que peu de connaissances sur un sujet, nous devrions avoir l'honnêteté de nous dire que l'on ne sait pas, plutôt que prendre le risque de s'inventer un pseudo-savoir par des idées préconçues erronées et évasives. Il faut éviter l'écueil du prêt-à-penser. Le meilleur moyen de combler le manque de connaissances, je le dis moi-même par expérience, est de s'informer et surtout de vérifier l'exactitude des informations auxquelles on accède. L'authenticité d'une information est fondamentalement plus importante que sa beauté ou tout autre critère.

En épistémologie, la pseudo-science se démarque de la science par une définition de base : une théorie qui n'est réfutable par aucun événement qui se puisse concevoir est dépourvue de caractère scientifique.

En logique, il est impossible de démontrer qu'une chose n'existe pas.

Voici un exemple de sophisme à la base de toute croyance :

* Peux-tu prouver que X n'existe pas ?
* Non...
* Donc X existe !

En logique, on peut cependant prouver qu'une chose existe. La charge de la preuve revient à ceux qui affirment l'existence d'une chose, ce n'est pas ceux qui nient qui pourront démontrer que la chose est inexistante.

Sur les limites du criticisme

L'esprit critique ne consiste surtout pas à tout réfuter et rejeter. Le doute est une méthode de raisonnement qui cherche à déterminer la part des choses à travers l'observation et l'analyse des faits, en se gardant d'affirmer arbitrairement sans avoir vérifié. S'il est plus facile de croire que de savoir, le doute est un art difficile. Le criticisme est la meilleure base connue parmi toutes les méthodes possibles de la quête de la connaissance.

L'erreur est humaine

L'être humain est faillible. Les livres ne sont pas des faits et ne sont pas exempts d'erreurs, même les ouvrages les plus réputés (j'ai démontré dans un post de ce forum, preuves à l'appui, que le QUID 2006 contient des étourderies dans les rubriques scientifiques). Ce risque d'erreur justifie donc que nous devons vérifier plusieurs sources indépendantes entre elles afin de déterminer si les informations auxquelles on accède sont fondées. Le sens critique doit être en éveil le plus souvent possible.


L'imposture des pseudo-sciences

Les pseudo-sciences sont un système organisé de croyances qui regroupent plusieurs traits communs :

* elles s'autoproclament scientifiques sans utiliser la méthode scientifique
* elles recensent les "mystères"
* elles utilisent les mythes et l'analogie pour preuves
* elles jouent sur la quantité et la variété des récits pour preuves
* elles profitent de l'infirmation de thèses concurrentes pour se faire valoir
* elles ne se fient pas aux faits mais au scénarisme et à l'émotionnel
* elles refusent la vérification, la réfutabilité et le révisionnisme
* elles formulent des discours vagues, évasifs et abscons pour rendre la critique caduque
* elles tentent d'expliquer un phénomène avant de s'assurer qu'il existe
* elles refusent de prouver la véracité de leurs "théories"
* elles inversent les rôles : la science est tournée en dérision et la pseudo-science est considérée comme une valeur.

Le tribut prélevé sur la crédulité humaine par les fausses sciences dépasse de loin le montant du budget de la recherche scientifique.

La science est-elle un dogme ?

Les partisans des pseudo-sciences emploient souvent des sophismes pour attaquer leurs adversaires, comme l'expression suivante : "la science est dogmatique". Il s'agit d'une erreur logique et d'une contradiction dans les définitions :

* Un dogme est un point fondamental d’une doctrine, devant être considéré définitivement comme vrai et qui n'admet aucune réfutation ou contestation. Un dogme est immuable et totalitaire.
* La science est l'ensemble de connaissances fondées sur l'objectivité et faisant appel à l'observation ainsi qu'à l'expérimentation. Une théorie réfutable et vérifiable est scientifique. Les théories scientifiques évoluent.


L'irrationnel rassure les gens de la réalité qu'ils n'acceptent pas, au prix de l'illusion, de l'endoctrinement et de l'ignorance. Au risque d'adopter, parfois sans s'en apercevoir, des doctrines totalitaires, inégalitaires et liberticides. De belles fables peuvent dissimuler une tentative de manipulation mentale.

La pensée ne doit jamais se soumettre, ni à un dogme, ni à un parti, ni à une passion, ni à un intérêt, ni à une idée préconçue, ni à quoi que ce soit, si ce n'est aux faits eux-mêmes ; parce que, pour elle se soumettre, ce serait cesser d'exister. (Henri Poincaré, mathématicien et physicien français)




N'oublions pas la nécessité de l'autocritique :

* Quand on est un croyant, on doit savoir dans quoi on s'engage et où on va et avec qui et pourquoi...
* Quand on est un sceptique, on doit souvent se rappeler que, comme les croyants, on doit savoir dans quoi on s'engage et où on va...


Sur l'éducation et la vulgarisation scientifique

Enseigner est une activité difficile qui nécessite beaucoup de sociabilité, du savoir-faire dans le faire-savoir. Lorsqu'on est tenté de diffuser la connaissance scientifique tout en suivant l'actualité des découvertes scientifiques, on désire alors contribuer à vulgariser la science et la rendre accessible à tous dans un langage abordable et compréhensible. Cependant, l'enseignement de la science implique non seulement une maîtrise des domaines scientifiques, mais aussi un sens critique toujours en éveil, tout en prenant le plus grand soin dans le choix des mots. Il suffirait qu'une information possède un mot inadapté, erroné ou flou pour que le sens de l'information s'en trouve altéré, et que cette information soit mal comprise ou mal interprétée.

Je pense que l'usage de la métaphore pour vulgariser des concepts scientifiques est la plus sûre façon d'être mal compris. Exemple : le concept du Big Bang est représenté par le public comme une explosion de matière qui remplit un espace vide préexistant à partir d'un point. Le Big Bang n'est pas analogue ni comparable à une explosion, c'est l'espace qui se dilate partout et il n'y a aucun centre dans l'univers.

La "poétisation" et la métaphorisation de l'Univers court-circuite le rapport qui pourrait exister entre le public et le réel. C'est une source de lourdes confusions. La vulgarisation scientifique, pour être efficace, doit être compréhensible, concise et éviter la langue de bois. La métaphore rencontre beaucoup de succès chez le public, mais la compréhension des concepts scientifiques lui échappe souvent.

L'objectif de la vulgarisation scientifique est de favoriser l'assimilation de connaissances scientifiques. La métaphore en vulgarisation a des effets contraires : elle agit comme un opium propre à endormir les défenses critiques des lecteurs. De plus, le mot "vulgarisation" a une connotation péjorative. La métaphore rend justement la science vulgaire auprès du public. Rendons la science accessible à tous, passionnante et qui prête à matière de réflexion. La science ne doit pas être comparable à un séminaire où chacun écoute religieusement sans comprendre le latin. Nous devrions réduire le décalage entre le public et les spécialistes.

Les concepts scientifiques ont tous un sens, et celui-ci devrait être idéalement le même dans l'esprit du public que dans celui des spécialistes, avec l'emploi de mots différents (simplification du jargon scientifique, mais sans métaphores) et avec les mêmes définitions de base.

Le public connaît mal la science, ou la comprend mal, parce qu'il ignore souvent les définitions élémentaires, comme les concepts d'énergie et de force. Qu'est-ce que la science, la connaissance, la réalité ? Ce sont ces questions fondamentales qui mènent les esprits curieux à la science.


L'épistémologie et la science

Qu'est ce que la science ? La réponse à ces questions est développée dans les notions suivantes que vous trouverez dans une bonne encyclopédie (surtout pas Wikipedia !) :


* Méthode scientifique
* Philosophie des sciences
* Épistémologie
* Karl Popper
* Réfutabilité
* Rasoir d'Ockham


Citations

« Une théorie qui n'est réfutable par aucun événement qui se puisse concevoir est dépourvue de caractère scientifique. » (Conjectures et réfutations, ch.1, section 1), Karl Popper.

« Le sujet idéal du règne totalitaire n’est ni le nazi convaincu, ni le communiste convaincu, mais l’homme pour qui la distinction entre fait et fiction et la distinction entre vrai et faux n’existent plus. » Hannah Arendt.

_________________
http://www.sceptiques.qc.ca/  

« On ne sait que lorsqu'on sait peu, avec le savoir croît le doute. » (Goethe)
« La qualité d’une expérience se mesure au nombre de théories qu’elle fait tomber. »
« Oser savoir en utilisant sa raison critique c’est le fondement de notre modernité, cela reste la condition de son avenir.» (Emmanuel Kant)
« Seul a un caractère scientifique ce qui peut être réfuté. Ce qui n'est pas réfutable relève de la magie ou de la mystique. » (Karl Popper)
« Une théorie est scientifique si et seulement si elle susceptible d'être réfutée ; elle n'est pas vraie, mais tout au plus admise provisoirement. » (Karl Popper)
« Toute connaissance accessible doit être atteinte par des méthodes scientifiques ; et ce que la science ne peut pas découvrir, l'humanité ne peut pas le connaître. » (Bertrand Russell)
Revenir en haut Aller en bas
 
[DOSSIER] L'esprit critique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dieu condamne-t'il l'esprit critique?
» L'esprit critique
» fiches ICM
» Débat sur René Descartes l'esprit critique et lescepticisme
» Dossier Juin 2015 : L'esprit critique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum PARSEC :: Vulgarisation scientifique :: Vulgarisation scientifique-
Sauter vers: